Amélie Nothomb parle de 20 récits de soi

Amélie Nothomb a accepté de répondre aux questions de Josiane Grinfas, professeur de Lettres et auteur de l’appareil pédagogique de 20 récits de soi.

 

 Josiane Grinfas : Quelles écritures de soi et autoportraits ont marqué votre expérience de lectrice ?
Amélie Nothomb : Les Mots de Sartre, Mémoires d’une jeune fille rangée de Simone de Beauvoir, La Promesse de l’aube de Romain Gary, Le Bonheur des tristes de Luc Dietrich, Bandini de John Fante.
J. G. : En quoi l’écriture de soi peut-elle toucher les adolescents d’aujourd’hui ?
A. N. : Les adolescents d’aujourd’hui souffrent d’un déficit de réalité. L’Internet, vu comme une passerelle vers le réel, conduit bien davantage à la déréalisation. L’écriture de soi reconnecte les adolescents avec ce que l’écriture peut avoir de plus réel.
J. G. : La fiction peut-elle nourrir l’écriture de soi ? Accordez-vous de l’importance au « pacte d’authenticité » entre écrivain et lecteur ?
A. N. : La fiction fait partie de la vie de chacun. J’accorde une importance cruciale au pacte d’authenticité entre écrivain et lecteur et l’autobiographie la plus authentique est précisément celle qui incorpore la fiction inhérente au simple fait d’être en vie.
J. G. : Quelles parts de vous-même avez-vous découvertes en écrivant vos récits ?
A. N. : J’ai découvert que j’existais. Découverte immense mais précaire. Je dois le redécouvrir chaque jour.

Accès enseignant

Inscrivez-vous ou saisissez vos identifiants magnard.fr pour accéder aux ressources réservées aux enseignants.

×

Déconnexion ...

Déconnexion en cours ... veuillez patienter ...
×

 

 
×