Auteur : Jean-Michel Ribes

Jean-Michel Ribes, né le 15 décembre 1946 à Paris, n’a que douze ans quand il tourne dans le film de fin de diplôme d’un étudiant, qui l’engage ensuite pour jouer dans Plouf, le petit fantôme. Il n’a pas cessé depuis de jouer, passant de la cour de récréation – où il découvre le moyen d’échapper à « l’esprit de sérieux des professeurs » – à la scène théâtrale, qu’il occupe avec bonheur depuis plus de quarante ans. Quand ses parents le mettent en pension, il s’empresse d’y monter un spectacle musical. À l’université – où il prépare une maîtrise de lettres et une licence d’espagnol – il crée avec ses amis Gérard Garouste et Philippe Khorsand la Compagnie du Pallium (1966) qui joue au théâtre de Plaisance un répertoire des plus diversifiés. Il ajoute alors à son activité d’acteur, de metteur en scène, de chef de troupe, celle d’auteur avec Les Fraises musclées (1970) qu’il met en scène et interprète avec son ami Philippe Khorsand. Le succès est immédiat et durable. En 1971, Il faut que le sycomore coule lui apporte la consécration en tant qu’auteur dramatique.

Au cours des trente années suivantes, son nom n’a guère quitté le fronton des théâtres, soit comme auteur et metteur en scène de ses oeuvres, soit comme metteur en scène d’auteurs classiques (La Cagnotte d’Eugène Labiche à la Comédie-Française, 1988) ou contemporains (Brèves de comptoir, Jean-Marie Gourio, Théâtre Tristan Bernard, 1994).
Dans le même temps, il réalise quelques films (Rien ne va plus, 1979 ; La galette du roi, 1986 ; Chacun pour toi, 1993) et réalise des séries télévisuelles : Merci Bernard, « un vrai magazine où tout est faux » pour FR3 (1982-1984), puis Palace pour Canal+ (à partir de 1988), caractérisées par un humour décapant. En 2000, il est élu président du collectif Eat (Écrivains associés du Théâtre) et nommé, en novembre 2001, directeur du Théâtre du Rond-Point, où il multiplie par trois le nombre de spectateurs, en choisissant de ne faire jouer dans ses trois salles que des auteurs vivants. Ces nouvelles responsabilités n’ont en rien entravé ses carrières d’auteur et de metteur en scène, qui lui ont valu, depuis une dizaine d’années, de nombreuses récompenses : Grand prix de l’Académie française pour l’ensemble de son oeuvre (2001) ; prix Plaisir du théâtre (2002) et, la même année, pour Théâtre sans animaux, les Molières du meilleur spectacle comique et du meilleur auteur.

Ribes écrit d’autres pièces à succès (Musée haut, Musée bas) met en scène d’autres auteurs vivants (Grumberg, Dubillard, Sébastien Thiery, Thierry Illouz), réalise pour la télévision, puis pour le cinéma, l’adaptation de ses propres pièces : Batailles pour France 2 et Musée haut, Musée bas, où apparaît pour la dernière fois le compagnon de la première heure : Philippe Khorsand.

Accès enseignant

Inscrivez-vous ou saisissez vos identifiants magnard.fr pour accéder aux ressources réservées aux enseignants.

×

Déconnexion ...

Déconnexion en cours ... veuillez patienter ...
×

 

 
×