Auteur : Fred Vargas

Historienne de formation, Fred Vargas est née à Paris en 1957. Après avoir été tentée par l’étude de la préhistoire, elle s’est finalement consacrée au Moyen Âge pour devenir archéologue médiéviste. Ses recherches, qui portent actuellement sur les ossements d’animaux, illustrent bien son goût pour le détail.

Elle obtient un poste au CNRS en 1988, mais sa passion d’historienne n’est pas exclusive et elle en développe une autre : l’écriture. Il faut dire que le talent artistique n’est pas une denrée inconnue dans la famille puisque sa sœur jumelle « Jo » (Joëlle) est peintre. C’est vers le genre du « rompol » (forme contractée de « roman policier »), comme elle le qualifie elle-même, qu’elle se tourne. Elle publie un premier roman, Le jeu de l’amour et de la mort, qui obtient le Prix du festival de Cognac. Une nouvelle artiste est née.

Fred Vargas pourrait être un simple auteur de romans policiers, sachant habilement manier le crime, l’enquête, l’indice et le soupçon. Ce n’est pourtant pas le cas, car même si elle maîtrise très bien tous ces éléments, elle touche à la perfection dans la présentation et la création de ses héros. La plupart de ses personnages sont récurrents et le plus célèbre d’entre eux, le commissaire Adamsberg, a déjà fait couler beaucoup d’encre. Ses enquêtes, menées avec l’aide de l’inspecteur Danglard, sont si prisées que l’une d’entre elles a donné lieu à une adaptation cinématographique (Pars vite et reviens tard de Régis Wargnier, 2007).

Toutefois, d’autres personnages emplissent le monde de Fred Vargas, comme ces trois évangélistes-historiens que l’on retrouve dans Debout les morts et Sans feu ni lieu. Mathias, Marc et Lucien (rebaptisés Matthieu, Marc et Luc selon les Évangiles par l’ex-flic Vandoosler) sont trois historiens spécialistes de trois époques radicalement différentes : la préhistoire, le Moyen Âge et la Première Guerre mondiale. Ils possèdent chacun leur particularité, souvent liée à leur époque de prédilection et leur association apporte à l’enquête une nouvelle dimension ; il n’y a plus un seul enquêteur, mais trois ! On peut également citer Louis Kehlweiler, cet enquêteur non-officiel qui connaît bien le monde policier mais qui n’en fait plus partie, que l’on trouve également dans deux de ses romans : Un peu plus loin sur la droite et Sans feu ni lieu.

Comme ses personnages, les romans de Vargas sont « marginaux » car ils ne tirent pas seulement leur force d’une histoire, de la résolution d’une énigme, comme c’est le cas pour la plupart des « rompols » ; ils se distinguent aussi par la force de leurs personnages, que l’auteur sait peindre comme originaux tout en les rendant très proches de nous.

Accès enseignant

Inscrivez-vous ou saisissez vos identifiants magnard.fr pour accéder aux ressources réservées aux enseignants.

×

Déconnexion ...

Déconnexion en cours ... veuillez patienter ...
×

 

 
×